Malgré d’énormes difficultés, cette jeune femme a réussi à monter son propre projet de fabrication de tapis, devenu un exemple à suivre dans son pays. Elle souhaite que des centaines de femmes soient employées en milieu rural puissent aspirer à une vie meilleure.

Devenue une icône des femmes qui aspirent à un avenir meilleur en milieu rural marginalisé, Raja Ferjani, une jeune tunisienne promotrice d’un projet de fabrication de tapis, a remporté le prix 2020 du « meilleur programme, projet ou initiative régionale pour la promotion de la femme rurale » en Tunisie.

Originaire de Ben Guerdane (Sud-est), ville située à la frontalière avec la Libye, Raja a reçu ce prix, le 14 octobre, de la part du ministère tunisien de la Femme et de la famille, dans le cadre de la Journée internationale de la femme rurale. Ce prix récompense les efforts de cette jeune femme qui, malgré d’énormes difficultés, a réussi à monter son propre projet de fabrication de tapis, devenu un exemple à suivre.

« Le secret de mon succès est le sentiment de tristesse lié à l’interruption de ma scolarité en 1984 à un âge précoce (11 ans) alors que j’étais en cinquième année d’école primaire, malgré le fait que j’étais une élève brillante. C’était à cause de la pauvreté et du besoin. Mon père était incapable de fournir le prix des livres et des cahiers à moi et à ma sœur. Cette tristesse a aiguisé ma détermination pour changer mon destin et tenter d’améliorer la situation des filles dans la campagne voisine », a confié Raja à la dpa.

Au début, elle a travaillé dans une usine de fabrication de tapis, avant de monter son propre atelier et de fabriquer son premier tapis, en janvier 2007. Elle se rappelle avec fierté et émotion de ce petit atelier et de son premier tapis : « Il mesurait 2,2 mètres de long et 1,4 mètre de large. Lorsqu’il fut terminé, je l’ai emmené à l’île de Djerba (Sud-est) pour le vendre, et là, il a reçu un franc accueil ».

Raja a suscité l’admiration grâce à son dévouement au travail et à son apport esthétique, en créant un nouveau type de tapis, propre à elle, alliant les motifs du « Margoum », tissage de laine d’origines arabo-berbères, et du célèbre tapis du Kairouan, ville antique située au centre du pays.

Le modeste atelier s’est développé : Raja gère maintenant quatre ateliers de fabrication de tapis, employant 40 femmes rurales dans les campagnes avoisinantes de la ville de Ben Guerdane. Elle souhaite que des centaines de femmes soient employées en milieu rural et que celles-ci puissent aspirer à une vie meilleure, ainsi que leurs enfants.

German Press Agency

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici