Le député national Muhindo Nzangi a demandé la démission du ministre d’État à la Décentralisation, Azarias Ruberwa, à la suite de l’installation de la commune de Minembwe, mardi 27 octobre 2020, durant la plénière de l’Assemblée nationale consacrée à la question de Minembwe.

« Je crois qu’il est resté sur la même défense qu’il avait faite le premier jour, essayant de rejeter toute la responsabilité au ministre provincial de l’Intérieur. Je crois que, dans ma conclusion, j’ai donné l’ensemble des éléments des preuves pour démontrer que c’est lui, Ruberwa, qui est l’acteur principal de ce théâtre de Minembwe. Il a planifié, il a programmé, il a tout fait pour intimider les communautés locales en venant avec des diplomates, des militaires, des députés, etc. J’ai démontré qu’il y avait conflit des compétences et des égarements historiques. Au vu des éléments démontrés et du mensonge qu’il a voulu distiller à l’Assemblée nationale qui s’apparente à un outrage au parlement, je lui ai demandé de donner sa démission, » a dit le député national Muhindo Nzangi lors de la séance plénière de mardi 27 octobre 2020 à l’Assemblée nationale. Cette plénière était, notamment, axée sur l’audition des réponses du ministre Azarias Ruberwa aux nombreuses préoccupations des élus du peuple sur le dossier Minembwe.

Pour sa défense, Azarias Ruberwa a rejeté la responsabilité de l’installation du bourgmestre rural de Minembwe au ministre provincial de l’Intérieur du Sud Kivu, Lwabanji Lwasingabo.

« Je n’ai pas, moi, non seulement l’habitude de mentir. Mais, je ne mens pas du tout », s’est défendu Azarias Ruberwa. Il a dénoncé le ministre provincial de l’Intérieur du Sud-Kivu, qui a déclaré, dans une mise au point, avoir installé le bourgmestre de Minembwe sur demande de Ruberwa.

Azarias Ruberwa a aussi insisté sur le fait que la commune de Minembwe se trouve dans le territoire de Fizi, contrairement à ce qu’au moins cinq députés avaient indiqué que, dans ses limites, la commune contestée de Minembwe s’étend dans d’autres territoires, dont Walungu, Uvira et Mwenga.

Il a aussi donné sa réponse sur la mise en place d’une commission d’enquête sollicitée par quelques députés qui, selon lui, devrait s’intéresser à toutes les entités territoriales décentralisées créées par le décret de 2015.

« Le contraire serait un acte discriminatoire, » estime l’ancien président de la rébellion du RCD/Goma.

À la suite de cette séance plénière, les députés couleront les propositions du député Muhindo Nzangi en recommandations au cours des séances prochaines avant que l’Assemblée nationale ne se prononce.

@politico.cd

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici