Des agricultrices et entrepreneures congolaises ont profité d’une formation dans le cadre d’un projet d’ONU Femmes. Représentant 60 pour cent de la main-d’œuvre agricole congolaise, les femmes jouent un rôle essentiel pour la sécurité alimentaire de la RDC.

La culture et la transformation du manioc, en République Démocratique du Congo (RDC), troisième producteur mondial de cette espèce végétale, a fait l’objet d’une formation dispensée à 90 agricultrices et entrepreneures congolaises. Cette formation s’inscrit dans le cadre d’un projet d’ONU Femmes, visant l’autonomisation économique des femmes rurales à travers des systèmes de production agricole durables et résilients aux changements climatiques.

La formation a couvert toutes les étapes nécessaires à la culture des plantes de manioc, comme le choix de la bonne terre et la lutte contre les maladies, et la transformation en farine panifiable ou amidon, a fait savoir ONU Femmes. Il s’agit également de la production de produits innovants et nutritifs comme le pain, les spaghettis, les beignets et les gâteaux. En fait, la farine panifiable de manioc est capable de remplacer la farine de blé dans la boulangerie et la pâtisserie, a-t-on souligné. À la clôture de la formation, les participantes ont bénéficié de certificats et kits de démarrage d’activités économiques.

La RDC, est le troisième producteur mondial de moniac. Le marché des produits à base de cette plante présente de nombreuses opportunités pour l’économie de ce pays. Représentant 60 pour cent de la main-d’œuvre agricole congolaise, les femmes jouent un rôle essentiel pour la sécurité alimentaire de la RDC.

© dpa Deutsche Presse-Agentur GmbH.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici