SUD-KIVU : Massacres de Makobola, ces dirigeants du RCD qui doivent comparaître.

0
188

Depuis 2019, les habitants de l’espace Fizi-Itombwe, commémorent les massacres de Makobola,  et de ses environs, dans le village de Mwandiga au sud Est de la ville de Baraka dans l’est de la RDC, du 29 au 30 décembre 2021.

Plusieurs personnalités de la République notamment, une équipe de la présidence de la République, le délégué du ministre nationale de la justice et des députés provinciaux y ont pris part.

Plusieurs activités y sont été présentés savoir : Question sur les rapports mapping et les massacres à l’Est de la RDC, le traumatisme et la prise en charge Psycho Médicale des rescapés ainsi que les mécanismes de prévention contre les massacres et la cohabitation pacifique.

Cette initiative est l’œuvre de l’association sans but lucratif « MWALO ». Objectif  est non seulement de faire connaître plusieurs  sites des massacres au monde car Fizi-Itombwe en compte environ 20, non répertoriés par le rapport Mapping, mais aussi c’est pour faire  justice est réparation aux victimes.

Lire aussi : Plus 15 civils massacrés dans une nouvelle attaque des rebelles ADF

A Mwandika, des rebelles du Rassemblement Congolais pour la Démocratie “RCD” avaient rassemblé plus 60 personnes et les avaient brûlé vives dans une maison en date du 14 juillet 1999.

Plus de 700 personnes tuées à Makobola

Alors que la population de différentes ethnies se préparait pour les festivités de  nouvel An le mardi 29 décembre 1998, vers 10h, les éléments du RCD-Goma de Me Azarias Ruberwa, composé à l’époque en majorité par des Tutsis , entrèrent dans Makobola et se livrèrent à des représailles contre la population civile accusée d’avoir collaboré avec le Mai-Mai. Ils mirent feu au village entier, tuant environ 712 personnes (dont une grande partie constituée de femmes et enfants), la plupart calcinées dans leurs maisons

S’exprimant sur la quintessence de cette initiative louable, l’ASBL MWALO, explique que, cette commémoration vise à recouvrir des mécanismes de justice transitionnelle pour bâtir le chemin de la réconciliation et de paix, mais aussi obtenir de la communauté internationale et des Nations Unies en particulier, le soutien à l’initiative visant l’établissement d’un tribunal pénal international pour la République Démocratique du Congo.

Quant au professeur docteur Obedi Nyamangyoku, facilitateur des activités, cette commémoration, a pour but, de dégager les blessures pour espérer à une cohabitation pacifique entre toutes les tribus de l’Est de la République Démocratique du Congo. A cette même occasion, le facilitateur des activités a remercié le prix Nobel de la Paix 2018, le Dr. Dénis Mukwege, pour le soutien à la tenue de cette cérémonie, également pour son plaidoyer au niveau international afin d’obtenir justice pour les victimes.

Soutien du prix Nobel de la paix le Dr. Denis Mukwege

Durant tous les 3 ans depuis son existence, prix Nobel de la paix le Dr. Denis Mukwege le sponsor principal de l’événement et  encouragé Mouvement associatif “Mwalo” pour cette courageuse initiative.

Il a toujours réclamer la justice aux victimes des crimes de guerre ainsi que des violences sexuelles, et la fin de l’impunité dont bénéficient des responsables des guerres, massacres et crimes qui ont jalonné l’histoire récente du pays peut être dangereux. Certains sont toujours en fonction dans le pays, mais aussi au Rwanda et en Ouganda, frontaliers des provinces des Kivu.

L’est de la RDC est toujours en proie à l’instabilité, des dizaines de groupes armés congolais et étrangers (rwandais, ougandais, burundais) continuent d’opérer, de tuer, de violer, de piller et de brûler des villages.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here